Archives du blogue

Les manufacturiers des technologies de l’information obtiennent un D+ pour leur politique de développement durable.

Lorsqu’on parle de chaine d’approvisionnement durable, on inclut aussi l’approvisionnement responsable. Les années 90, pour l’industrie du vêtement par exemple, ont été sous la loupe pour ce qui est des conditions de travail (« sweatshop », utilisation d’enfants dans les usines, etc.), où le porte-parole de la marque encaisse tous les coups. Kathie Lee Gifford et Michael Jordan sont devenus en quelque sorte l’emblème de la responsabilité quant à ce phénomène.

Mais voilà que le monde des TIC surpasse maintenant l’industrie du vêtement, selon une étude récente d’Oekom Research AG. Les manufacturiers de téléphones mobiles et d’ordinateurs seraient d’ailleurs parmi les pires du secteur (ici pour plus de détails). Le Technology Review du MIT nous fait d’ailleurs réfléchir sur le fait que l’industrie des TIC ne reconnait pas le concept du commerce équitable, et que les pratiques actuelles de production de type « juste-à-temps » mettent une pression additionnelle sur les travailleurs.

Sommes-nous prêts comme consommateur à payer plus cher pour offrir aux travailleurs qui produisent et assemblent nos gadgets des TIC, des conditions acceptables? Sommes-nous prêts à réduire notre consommation vis-à-vis ces produits, à les utiliser jusqu’à la fin de leur vie utile, sans être influencé par un facteur de mode qui les rend obsolètes trop rapidement? Je vous laisse y réfléchir.

PS : Saviez-vous que selon l’Office québécois de la langue française et son Grand dictionnaire terminologique, « sweatshop » se traduit par atelier de pressurage, ou atelier d’exploitation? J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir utilisé « sweatshop »… :)

Advertisements